Accueil ABSI KEREN OR ASI TSAHAL Lunettes SDEROT Le Billet de Gil TAIEB Le Journal de l'ABSI Contacter Gil TAIEB
  -
ASI - ABSI KEREN OR
54.80.211.135
 
Le site officiel de
l'ABSI KEREN OR
et A.S.I. France
ASI ABSI KEREN OR - Association de Soutien à Israël
Messages de Gil TAIEB
Le Billet de Gil TAIEB
(avec l'aimable autorisation de RCJ)
 
   

Le billet de Gil TAIEB du dimanche 10 juillet 2011 (sur RCJ)

Cette semaine, les provocateurs propalestiniens ont cherché à nuire à l'ordre public.

Après l'échec de leur flottille de la haine, démasquée, condamnée et stoppée par la majorité des instances internationales, c'est par les airs que les ennemis d'Israël ont cherché à nuire.

N'hésitant pas à mettre en danger l'ensemble des vols qu'ils voulaient emprunter. Ils furent à peine 600 au départ de plusieurs villes du monde à tenter cette nouvelle provocation.

600 militants de la haine, manipulateurs et menteurs qui n'avaient pour seul objectif que d'attirer une fois de plus les caméras complaisantes du monde toujours prêtes à relayer la moindre mobilisation des ennemis d'Israel.

C'est ainsi que pour une centaine de perturbateurs, on a vu toutes les télévisons et radios françaises se mobiliser et faire écho à cette mascarade.

Comment peut on donner autant d'importance à ce rassemblement d'ennemis de la démocratie ?

Comment nos médias peuvent-ils accepter de relayer une action aussi peu mobilisatrice ?

Comment consacrer autant de reportages à des ennemis de la paix n'hésitant pas à enfreindre la loi qui autorise toutes les nations à se préserver de trublions à l'ordre public ?

Chaque jour en France, des dizaines de rassemblements sont organisés par des associations de défense des opprimés en Afrique, en Syrie, et dans d'autres endroits du monde où les peuples sont malmenés, opprimés et assassinés...

Non, les médias n'ont d'yeux que pour les acteurs du plus grand mensonge de notre siècle.

Il est tellement facile d'attaquer Israel, seule démocratie du Moyen Orient !

Il est tellement simple et peu risqué de provoquer Israel alors que dans la région le sang des peuples syriens, libyens, soudanais, irakiens coulent dans le silence des nations.

Il est tellement lamentable de voir que, pour les Olivia Zemor, Besancenot, et autres gauchistes, les pseudo larmes des palestiniens valent plus que le sang des syriens ou des darfouris !

En cette veille de 14 juillet qui rappelle à chacun que le peuple français s'est libéré du joug de la monarchie, j'émets le voeu de voir la France se ressaisir et reprendre la voie du combat pour la liberté et la vérité.

Il est encore temps de nous libérer des nouveaux dictateurs de la pensée unique.

Il est temps de libérer le plus ancien et le plus jeune otage du monde aux mains du Hamas soutenu par les Besancenot, Melenchon et autres comparses.

Exigeons la libération de Guilad Shalit pour que chaque enfant de la révolution française sache que la France reste le pays de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité !

Je vous attends le jeudi 14 juillet a 15h devant le siège de la Croix rouge a Tel Aviv (au 185 Rehov A Yarkon Tel Aviv) pour exiger sa libération !

GIL TAIEB


Le billet de Gil TAIEB du 29 mai 2011 - Lisez et écoutez

Gil TAIEB sur RCJ
CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR ECOUTER GIL TAIEB

Dans quelques jours nous fêterons le YOM YERUSHALAIM Le jour qui a vu Jérusalem être réunifiée après des millénaires d'exode.

Le jour ou le peuple juif a enfin pu retourner sur le lieu de sa naissance et de son alliance.

Le jour où Jérusalem retrouvait son peuple et ses enfants.

Nous fêterons ceux qui l'ont libéré Et nous penserons à tous vœux qui ont perdu la vie dans cette "Bataille de Jérusalem".

Nous nous souviendrons du General Motta GUR zal et de sa voix vibrante sur les ondes de la radio militaire, qui après des combats rue par rue, maison par maison, est arrivé, à la tête de ses troupes parachutistes, devant le Kotel !

Nous n'oublierons jamais cette phrase qui doit à jamais résonner dans nos mémoires "HAR A BAIT BA YADENOU" "Le MONT DU TEMPLE EST ENTRE NOS MAINS".

Sur tous les fronts, les soldats de Tsahal, engagés dans de rudes combats, ont entendu ces mots et ont ressenti une émotion qui leur montrait combien leur combat était sacré et leur sacrifice béni.
Tous, religieux ou pas ont pleuré à l'annonce de la libération de Jérusalem.

Nous ne pouvons oublier l'arrivée de RABIN, NARKIS et DAYAN devant le Kotel accompagnées du grand rabbin GOREN, grand rabbin de Tsahal, un Sepher Thora dans les bras et son arme à la ceinture, entonnant le Shema Israël !

Nous n'oublierons jamais que depuis ce jour, tous les croyants du monde ont enfin eu accès à leurs lieux saints.

Jérusalem réunifiée, cœur du peuple juif, redevenait la capitale de la nation juive qui depuis des millénaires pleurait.

Aujourd'hui,44 ans après, Jérusalem nous est encore contestée.

Les nations arabes en on fait leur revendication principale, eux qui depuis des siècles ne l'ont jamais respectée.

Le monde occidental aveuglé par la propagande cherche à la rediviser.

Israël a déjà fait d'énormes concessions pour obtenir des traités de paix avec 2 de ses voisins.
Se retirant de tout le Sinaï et évacuant Gaza au prix de milliers de déplacés juifs qui se sentent encore trahis et sacrifiés.

Aujourd’hui, comme l'a déclaré le premier ministre israélien Benjamin NATANYAOU lors de son discours devant le congrès américain, Israël est prêt à faire d'énormes et douloureuses concessions, mais des limites doivent et ont été fixées.

Pas de retour aux frontières indéfendables de 1967. Pas de retour des réfugies. Pas de négociations avec le Hamas, qui demande encore aujourd'hui la destruction d’Israël.

Pas de division de Jérusalem.

Le monde doit entendre !

Il doit savoir jusqu'où Israël peut et veut aller.

La Bataille de Jérusalem a été gagnée en juin 1967 mais n'est pas terminée !

L'ovation faite lors du discours de B. Natanyaou a été un message clair donné au président Obama, au monde et aux palestiniens.

Il est aussi important pour les Israéliens quant à leur avenir.

Ils savent que certaines concessions douloureuses seront inévitables mais contre une vraie reconnaissance de l'état juif dans des frontières sures et défendables avec Jérusalem comme capitale.

Ceci afin que les enfants, les petits enfants et les générations à venir de ceux qui ont entendu "HAR ABAIT BAYADENOU" sachent que Jérusalem est à eux pour l'éternité !

GIL TAIEB


Le billet de Gil TAIEB du 15 mai 2011 - Lisez et écoutez

Gil TAIEB sur RCJ
CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR ECOUTER GIL TAIEB

Il faudra qu'ils choisissent !

Il y a une semaine, Israël fêtait ses 63 ans.

63 années qui ont vu le peuple juif revenir sur sa terre et recouvrer ainsi sa liberté et son indépendance.

Il y a 63 ans, les nations rendaient la terre d’'Israël à son peuple !

Depuis 63 ans, Israël se bat pour exister et a fait du désert qu’'on lui donnait, un jardin dans lequel il fait bon vivre, qui construit l'’avenir et contribue à l’'amélioration de l’'humanité.

Nombreuses sont les sources de fierté qui auraient dû faire de ce jeune pays un exemple pour toutes les nations.

Son apport dans les domaines de la recherche médicale, l’'agriculture, la biologie, la culture, l’'écologie, la démocratie et la solidarité auraient du être une source d’'inspiration dans un monde ou les libertés sont mises en danger, où l'’égoïsme et l'’obscurantisme gagnent du terrain et asservissent les peuples.

Les démocraties ne peuvent l’'ignorer mais faute de courage, elles n’'osent le déclarer.

Aujourd’hui, 63 ans après le vote de l'’ONU, les ennemis d'’Israël et leurs complices vont manifester.

Ils vont participer à la journée qu'’ils ont intitulé la Naqba, la Catastrophe !

Dans de nombreuses capitales les antisionistes, antisémites des temps modernes, vont se réunir et crier leur haine d’'Israël.

Ici, en France, dans les rues de Paris, ils se rassembleront et crieront leur détestation d’'Israël.

Dans leur cortège seront regroupés les parties terroristes et tous les antisionistes qui par électoralisme s'’allient à la peste antisémites.

Aux côtés des comités terroristes tels que le Hezbolah, le Hamas et les groupes extrémistes du collectif Sheikh Yassine défileront les mouvements d'’extrême gauche et des collaborateurs nés juifs complices et alibi de tous les détracteurs d’'Israël.

En Israël aussi, la tension est à son maximum. La police et l'’armée sont mobilisées.

Aux côtés des palestiniens, des arabes israéliens participeront à cette journée de la haine.

Ils défileront sans crainte pour demander la destruction de l’'état dans lequel ils vivent et prospèrent.

Certains députés arabes israéliens accompagnés par l’'extrême gauche israélienne participeront à ces manifestations.

N’'y a-t-il pas là une aberration et une exploitation indécente de la démocratie ?

Dans aucun pays du monde, de telles manifestations n’'auraient été tolérées !

Dans aucune démocratie, un élu ne peut s'’élever contre son pays !

Alors pourquoi en Israël ?

Cette question est dans l’'esprit de chaque homme épris de libertés mais conscient de l’'exploitation qu’en font les ennemis de la démocratie.

En ce jour, la catastrophe pour nous, est de voir ainsi la démocratie être bafouée et la liberté être l’'otage de ceux qui cherchent à détruire la seule démocratie du moyen orient.

Il faudra bien qu'’un jour Israël leur demande de choisir entre :
Vivre et respecter l'’état dans lequel ils vivent ou bien le quitter !

Gil TAIEB


Le billet de Gil TAIEB du 08 mai 2011 - Lisez et écoutez

Gil TAIEB sur RCJ
CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR ECOUTER GIL TAIEB

Ce dimanche, Israël se prépare au Yom Azikaron, la Journée du souvenir pour toutes celles et tous ceux qui ont donné leur vie pour que l'’Etat d’Israël soit et demeure.

Toutes celles et ceux qui depuis 1948 ont servi dans les Forces de Défense de l’Etat Juif.

A ceux-là, il a été ajouté toutes celles et tous ceux que le terrorisme a assassiné.

Depuis 1948, ce sont 22867 victimes qui ont payé le prix de la liberté et du retour du peuple juif sur sa terre.

Elles laissent derrière elles, 4999 veuves, 10819 parents endeuillés et 2543 orphelins.

Ces chiffres montrent combien tout le peuple israélien est touché. Pas une famille n'’est épargnée.

Nous pouvons imaginer le drame qu’'ont vécu et que vivent ces milliers de parents qui ont vu la chair de leur chair disparaître.

Nous pensons à ces enfants qui ont perdu un parent et qui ont dû vivre avec ce manque et ce traumatisme.

Nous pensons à tous ceux qui ont ainsi été arrachés à la vie alors que leur seul désir était de vivre en paix sur la terre de leurs ancêtres.

Ce soir, Israël se souviendra combien sa liberté et son indépendance sont fragiles.

Ce soir et durant 24 heures, nous nous arrêterons et fermerons les yeux.

Dans ce recueillement, nous nous poserons la question de savoir pourquoi après 63 ans, le bruit de la guerre est toujours aux frontières d’Israël.

Nous poserons la question : pourquoi le monde se révolte légitimement contre le terrorisme et feint d’ignorer ou d’oublier les milliers de victimes du terrorisme lorsqu’elles meurent en Israël et pour Israël ?

Nous cherchons à comprendre comment les pays frappés par le terrorisme ne s’allient pas à Israël pour combattre ceux qui sèment la mort.

Je ne peux m’empêcher de penser aux discours du président Sarkozy, du président Obama et de tous ceux qui déclarent que les terroristes se doivent d’être pourchassés et qui demandent à Israël d’accepter l’union Fatah-Hamas. Je ne peux m’'empêcher de leur demander des comptes.

Comment osent-ils mettre la pression sur Israël alors que le Hamas continue d’'affirmer sa volonté de détruire Israël et vénère encore Ben Laden.

Comment peuvent-ils pleurer leurs morts et oublier ces milliers d'’israéliens innocents assassinés par ces mêmes terroristes du Hamas.

Ces questions resteront encore sans réponse et nous continuerons à lutter pour que vive Israël en paix et en sécurité.

Pendant 24 heures, nous serons dans le silence et dans le recueillement afin de puiser, dans l’'âme de ceux qui nous ont quittés, la force de fêter demain soir le Yom a Atsmaout, la fête de la liberté et de l’'indépendance de ce Grand Peuple qui ne cède pas face à la haine et qui continue à avancer dans le respect de la Vie et la recherche de la Paix.

Gil TAIEB


Le billet de Gil TAIEB du 24 avril 2011 (RCJ)

En ce jour de commémorationde la déportation, partout en France, des cérémonies du Souvenir sont organisées.

Dans toutes les villes etles villages de France, on se souvient ou plutôt certains se souviennent !
A la télévision cette semaine, était rediffusé le procès d’Adolf Eichmann.

50 ans après, l’organisateur de la solution finale se retrouvait face à ceux de ses victimes qui avaientmiraculeusement échappé à l’extermination.

Leurs témoignages dignes,poignants et bouleversants contrastaient avec la froideur glaciale de lamachine à tuer.

Pas un mot de compassion, pas un geste d’émotion, pas l’ombre d’un regret n’étaient perceptibles dans le regard ou l’attitude du bourreau Eichmann.

Sa seule réponse était l’obéissance et la fidélité au serment qu’il avait fait à Hitler et III° Reich.

On a pu entendre des centaines de récits qui décrivaient l’horreur absolue. Tous les coupables étaient désignés : en premier lieu les nazis et leur inhumanité, les troupes allemandes et leurs mécaniques infernales, les collaborateurs ayantprêté main forte à ce génocide organisé.

Mais aussi, le silence des nations face à la Shoah et à la déportation.

Comme cette négociation, racontée dans le reportage, entre Eichmann et les représentants des alliés, au cours de laquelle le régime nazi proposa d’échanger 1 million de juifs contre 10 000 camions. Une occasion unique et exceptionnelle de sauver 1 million de juifs de l’extermination, une occasion que nul n’avait le droit de laisser passer.

Et bien non, pour les Forces alliées, 1 million de vies juives ne valaient pas 10 000 camions !
Voilà une triste vérité quenous ne devons jamais oublier.
Comme nous ne devons jamais oublier celles etceux qui ont donné leur vie pour libérer l’Europe du joug nazi.
Mais, comment ne pas être indigné devant ce calcul machiavélique qui on le sait, dans le monde fortementantisémite de ces années noires, ne voulait surtout pas que la propagande dise que l’on allait pouvoir mourir pour sauver des juifs. On se battait pour la liberté mais pas pour des juifs !

Telle est la réalitéhistorique. Avec ses côtés sombres et ses côtés lumineux, rendons ici hommageaux justes parmi les nations.

Aujourd’hui, 66 ans après cette tragédie déshonorante pour l’humanité, nous devons nous souvenir, raconter et en tirer des conclusions :
celles pour l’Humanité, afin que chacun sache qu’il peut avoir à choisir entre la bête et l’humain ; et celles pour nous, juifs, qui ne devons jamais oublier mais rester vigilants et conscients du fait que l’ingérence des nations est souvent trop tardive ou mal employée.

Notre combat humaniste et antiraciste est un devoir. Nous devons être forts de notre histoire passée et avoir à l’esprit que la Liberté est une valeur que nous devons défendre.

L’Etat d’Israël n’est pas la solution à la Shoah mais il en est la meilleure réponse. Voilà pourquoi nous devons être à ses côtés.

Gil TAIEB


Le billet de Gil TAIEB du dimanche 27 mars 2011

La semaine qui vient de s'écouler a été riche en événements .

Après le massacre d'Itamar et l'attentat de Jerusalem ,force est de constater que la cécité volontaire des médias et leur parti pris sont confirmés.
Nous avons pu , une fois de plus, constater le 2 poids 2 mesures face aux traitements des informations.
A l'heure de la circulation des idées et des informations sur le net, la vérité est accessible à tous ceux qui ont la volonté de la chercher.

Les images venues d'Israel, montrant l'horreur du carnage d'Itamar, les cris de jouer dans les rues de Gaza contrastant avec la dignité de la famille frappée par les terroristes n'ont pas trouvé d'écho dans nos médias.
A la haine répondaient la prière,le recueillement et l'humanité.
Même cette leçon de vie n'a pas trouvé Grace aux yeux de journalistes qui avaient choisi et classé les enfants assassinés et leurs parents parmi les "colons".

Après l'attentat de Jerusalem ,d' autres images sont venues nous remémorer les cauchemars passés !
Des véhicules calcinés, des mares de sang, des vêtements souillés, des victimes innocentes ,des forces de sécurité et des sauveteurs en activités qui avec une exceptionnelle efficacité ont agi pour soigner ceux que la haine avaient frappé.

Certes, l' attentat a été rapporté et même condamné mais je ne peux m'empêcher de repenser à ce commentaire qui décrivait l'attentat de la gare centrale de Jerusalem et son horreur mais précisait que le bus visé "reliait Jerusalem à la colonie de Maalé Adoumim"

Une fois encore, c'était donc des" colons "qui étaient visés et touchés !

Pour ces commentateurs ,ces victimes sont coupables de vivre sur une terre contestées !

Ces mots, ces phrases ont à mes yeux toute leur importance.
Peut être ai-je l'esprit déformé mais je reste persuadé qu'ils sont choisis et véhiculent une idéologie et une pensée qui aujourd'hui est en train de s'installer.

Face à cette barbarie Israel doit se défendre et se protéger !
Face à cette inhumanité Israel montre sa force et sa volonté de vivre et d'exister!

36 heures après, dans les rues de la capitale encore marquée, ils étaient des milliers à courir pour le "marathon de Jerusalem" prévu et qui ne devait surtout pas être annulé !

Hier soir, Israel a vibré pour son équipe de football qui l'a emporté face à la Lettonie.

A Paris, le chef d'état major sortant de Tsahal, Gaby Ashkenazi, que j'ai eu l'honneur d'accueillir pour le gala des 20ans de l'ABSI, nous apportait le salut fraternel de cette armée d'Israel, forte ,éthique et exemplaire.

Il représentait à merveille cette Israel qui ne baisse jamais les bras et qui croit en son avenir.
Évoquant les victimes de la haine, il nous a parlé de ce peuple, qui Grace au ciel, sait vivre une réalité qui malgré ceux de ses voisins qui ne pensent qu'à détruire, sait vivre, construire et bâtir un avenir pour ses enfants.

Gil Taieb


Le billet de Gil Taieb du dimanche 6 mars 2011

Bonjour,

Ce matin, un sondage paru dans la presse fait couler beaucoup d’'encre et provoque un choc qui, je l’espère, réveillera toute la classe politique fréquentable de France.

Marine Le Pen serait en tête au premier tour des élections présidentielles avec 23% des voix.

Tous s’accordent à voir en ce chiffre l’expression d’un malaise de la population française qui se sent abandonnée face à ses problèmes et à ses inquiétudes légitimes.

Tous les leaders de droite crient à la manipulation et nombreux sont ceux qui continuent à agiter le spectre de l’envahisseur étranger.

Face à eux, les voix de gauche s’expriment et ne voient que le résultat de la stigmatisation par le président Sarkozy et sa majorité des débats sur l’Islam et sur les dangers venus de l’'étranger.

C’'est sur cette voie royale que le FN a tout loisir de voguer.

Il est plus qu’important pour nous de rappeler notre attachement aux valeurs républicaines et de laïcité qui ont faites de la France la terre d’accueil de nombreux étrangers dont nous fûmes.

Il est fondamental de nous battre pour que le modèle dans lequel nous avons grandi perdure et soit renforcé.

Il est essentiel pour nous d’affirmer notre condamnation des thèmes xénophobes et racistes qui ont fait tant de victimes dans notre peuple au cours des années noires de la collaboration et de la négation.

Il est vital pour nous de rester vigilants et de garder les yeux bien ouverts et notre esprit libre face aux héritiers de celui qui voyait en la Shoa un détail de l’'histoire.

Mais nous nous devons également de réveiller les partis politiques français qui pour certains à droite cherchent à chasser sur les terres des racistes et des diabolisateurs ; remettant au gout du jour les relents nauséabonds du passé.

Nous devons aussi réveiller cette gauche dont certain de ses leaders courent derrière les voix des altermondialistes et des antisionistes qui refusent d’affirmer les valeurs qui ont fait la France et qui ont protégé les libertés.

La gauche ne peut continuer à ignorer les inquiétudes des millions de français de toutes confessions et de toutes origines qui n’aspirent qu’à vivre ensemble et en toute sécurité.

Elle ne peut continuer à suivre l’histoire au lieu de l’'écrire.

Parler des problèmes c’est déjà les faire exister. Mais parler sans agir c’est renforce le camp des amis de Marine Le Pen.

Oui les français blancs, noirs, jaunes, musulmans, juifs, chrétiens, athées, ont peur de l’'insécurité qui règne.

Oui les français de toutes confessions ont des inquiétudes face à la montée des intégrismes.

Oui les français de toutes origines ont peur de leur avenir.

Alors face à ces peurs, les partis doivent réagir et proposer des solutions, non pas les uns contre les autres mais les uns avec les autres afin que l’électrochoc de ce matin d’un FN à 23% ne devienne pas demain un cauchemar.

Réveillez-vous messieurs Sarkozy, Fillon, Copé

Réveillez-vous mesdames et messieurs Aubry, Hollande, Strauss-Kahn

La France de notre enfance a besoin de retrouver confiance en des femmes et des hommes qui n’ont pas peur de dire la vérité et qui ont surtout de vraies solutions à apporter.

Gil TAIEB


Le billet de Gil Taieb du dimanche 27/02/2011: Les indignés sélectifs par Gil TAIEB (RCJ)

Cette semaine encore, l’actualité internationale est occupée par la révolte des peuples dans le monde arabo musulman.

Cette semaine, les images venues de Lybie nous ont montré le vrai visage du « Despote de Tripoli ».

Tous les médias se sont fait l’écho des massacres perpétrés par le dictateur en place, Mouhamar Khadafi, qui n’a pas hésité à faire tirer sur son peuple.

Il y aurait près de 2000 morts aujourd’hui !

Une fois encore, les experts internationaux paralysés par la prudence et la diplomatie du compromis, n’avaient rien vu venir !

Les images du « fou de Tripoli » et des massacres perpétrés ont évidemment entraîné des condamnations mais combien de morts faut-il pour que le prix du sang atteigne celui du baril de pétrole ?

Combien de compromis a-t-il fallu pour que celui qui, depuis 42 ans additionne les actes terroristes, reçoit des cadeaux honteux, soit enfin présenté sous son vrai visage ?

Combien de sang a arrosé le désert de Lybie ?

Nombreux furent ceux qui, comme le dit Guy Sitbon, « ont fait d’'un bandit de grand chemin, un héros de la liberté. Aujourd’hui, comme jadis les passagers du Vol UTA et ceux du Boeing PANAM, les libyens paient cher ce silence complice. »

Toutes ces images d’horreur, j’en étais persuadé, devaient soulever les peuples démocrates et les combattants pour les Droits de l’Homme.

Ces massacres auraient dû provoquer, dans toutes les capitales libres, des manifestations de solidarité avec ce peuple qui cherche à se libérer de la dictature.

Ce sang versé aurait dû faire hurler les « Indignés ».

Et bien rien !

J’ai cherché, j’ai scruté et je n’ai rien trouvé.

Les médias ont joué leur rôle mais les bienpensants et « les indignés sélectifs » n’ont pas manifesté. L’extrême gauche n’a pas défilé dans les rues de Paris. Les altermondialistes n’ont pas appelé au boycott et aux sanctions. Les soi-disant militants pour la Paix ne se sont pas mobilisés.

Force est de constater que leurs cerveaux programmés, à force de propagande organisée, n’ont pas de neurones disponibles pour toute l’'humanité.

Leur programme a été bloqué sur Gaza et la Palestine qu’ils appellent « occupée ». Leur héros Stéphane Hessel ne sait plus s’indigner pour le sang qui coule sous le coup des dictateurs arabes.
Il n’a d’indignation que pour l’indignation qui le fait exister !

Alors, nous, véritables porteurs du désir de liberté des peuples, nous appelons les peuples opprimés à se libérer.

Nous serons toujours du côté de la liberté, car notre peuple a toujours été seul et abandonné lorsque les dictateurs étaient installés.

Nous continuerons à être fiers d’Israël et de sa démocratie qui, dans une région en pleine mutation, est le seul exemple du vivre ensemble et de la Liberté.

Gil TAIEB


Le billet de Gil Taieb - Dimanche 20 février 2011 (RCJ)

Ce matin, c'est d'un sujet particulier dont je veux vous parler.
Une nouvelle qui 'dans beaucoup de nations, ne fait pas partie des priorités et qui ,souvent, n'intéresse pas les peuples !
Aujourd'hui, c'est de la nomination du nouveau Chef d'Etat Major de Tsahal ,que je veux vous parler'
Dans nombres de pays ,l'armée est un domaine particulier appartenant aux domaines réservés du Chef de L 'Etat.
Rares sont les peuples à connaitre le nom de celui qui en est aux commandes.
En Israel , chaque chef d'État Major est connu ,attendu et sa nomination est un moment et un choix essentiel dans le devenir du pays.
Il est un pilier sur lequel le peuple doit pouvoir s'appuyer et compter.
Il est non seulement le chef des armées mais surtout le responsable des vies qui lui sont confiées.

Chacun d'eux devient celui vers lequel des millions de parents regardent.

Celui auquel ils confient leurs enfants.

Chacun ,sait que tout en cherchant la paix,Israel n'a pas d'autre choix que de prévenir la guerre.
Conscient qu'Israel n'a pas le droit à la faiblesse!

Chacun d'eux sait qu'il a sur ses épaules l'avenir et la pérennité de l'état juif et de ses enfants.

Chacun d'eux sait que le monde regarde et scrute Israel!

La dernière nomination à fait couler beaucoup d'encre. Pour la première fois un choix a été remis en cause et annulé.

Une décision forte de conséquences et de leçons vis à vis d'un homme qui a consacré sa vie à la défense du pays.

Une décision implacable dans ce petit pays, seule démocratie de la région qui est capable de mettre en procès un président en exercice, de faire démissionner un premier ministre et de mettre en place des commissions d'enquêtes qui dans d'autres pays, auraient mis plusieurs années à se réunir.

Voila pourquoi cette nomination revêt tant d'importance !

Aussi , permettez moi de vous rapporter les mots qui ont été prononcé par le président de l'Etat d'Israel mr Shimon Pères à l'attention du chef d'état major sortant Gaby Ashkenazi :

"j'ai eu l'honneur de travailler et de connaitre tous les 18 chefs d'état major de Tsahal qui vous ont précédé" lui a-t-il dit. "Aujourd'hui, à mon âge avancé, je peux faire une véritable comparaison entre tous : votre contribution à la sécurité d:Israel est unique et d'une excellence exemplaire.
Vous avez été un des meilleurs chef d'état major d'Israel. Maintenant, c'est moi qui vous salue."

"je vous ai vu envisager les choses sur le plan moral et non seulement pratique"

Le président a rajouté " Vous avez surtout oeuvré à la réhabilitation des éléments touchés par la deuxième guerre du Liban, à rehausser le moral des troupes et à rétablir la confiance du peuple et du gouvernement en son armée, sachant que l'on peut compter dessus".

Aujourd'hui , Israel à son nouveau chef d'état major, le General Benny Gantz qui lors de sa nomination n'a pu retenir ses larmes lorsque Benjamin Natanyaou, premier ministre de l'état d'Israel a évoqué sa mère survivante de la Shoa ,qui pesait 28 kg lors de sa libération du camp de Bergen Belsen:

"je suis certain qu'à cette époque, elle n'aurait pu imaginer que 66 ans plus tard, son fils deviendrait le 20eme chef d'état major de l'armée juive"

Je veux ici dire merci à tous ceux qui l'ont précèdé et qui ont assuré la défense d'Eretz Israel.

Prions le ciel s'éclairer et de guider les pas du General Gantz.

Je veux conclure en rappelant la phrase forte de Mme Golda Meir, qui déclarait:

"Je ne pardonnerai jamais à nos ennemis d'avoir contraint nos enfants à tuer les leurs !"

J'ose ici espérer qu'enfin la Paix arrive mais pour cela Israel a besoin de rester fort !


Gil TAIEB


Le billet de GIl Taieb - Dimanche 13 février 2011

Il y a quelques jours se déroulait le traditionnel diner du CRIF. Ce rendez vous annuel s’est transformé au fil des années.
Initialement prévu pour être un moment d’échange entre le chef du gouvernement et la communauté, il est devenu avec le temps, et surtout
par sa retransmission intégrale à la télévision, une tribune d’où les deux intervenants s’adressent à tous les français devant les représentants politiques, diplomatiques et communautaires.

Cette médiatisation a fait de ce diner, non plus un lieu d’échange, mais bien une occasion d’envoyer certains messages.
Dans son intervention, le président du CRIF a rappeler, sans concession, les préoccupations de la communauté juive, son attachement à Israël et sa fidélité à la nation française.

Cette année le président Sarkozy, invité pour la deuxième fois  à ce diner utilise avec brio cette tribune pour s’adresser à la population française.
Ainsi, réaffirmant son amitié pour Israël et son attachement  à la communauté juive, il envoie par son discours un message que nous nous devons d’analyser

Avec force, il  nous a parlé de son intransigeance face à l’antisémitisme.
Avec conviction, il a rappelé son aspiration à voir Guilad Shalit libéré.
Avec fermeté, il a condamné un Iran nucléarisé.
Avec passion, il nous a parlé de" l’espoir qu’il a face à ce printemps des peuples qui, de Tunis au Caire, aspirent à la liberté ; tout en restant prudent quant aux étapes à venir et espérant voir la démocratie triompher mais en n’excluant pas les risques de dérives brutales ou totalitaires" !

Il a rappelé  le devoir des nations et donc de la France d’aider ces mouvements mais de ne surtout pas s’ingérer !!!
 
L’ingérence ! Un mot tellement fort et avec tant de significations !
Surtout, lorsque quelques phrases plus loin, le président Sarkozy, en ami fidèle, ce que personne ne peut contester, rappelle son désir de voir Israël enfin en paix avec ses voisins.

C’est alors qu’il déclare, je cite : « la meilleure sécurité pour Israël est l’existence à ses côtés d’un état palestinien démocratique, viable et souverain ».
Appelle : « Israël à reprendre les pourparlers », plaide : « pour une reprise des discussions entre la Syrie et Israël ». Et d’ajouter : « quelle transformation stratégique pour Israël si une normalisation avec la Syrie était accompagnée d’une restitution du Golan » !!!
 
Monsieur le président de la République, je sais combien votre aspiration à la paix pour Israël est sincère mais ne pensez-vous pas que là, il y a
ingérence ?

Ne pensez-vous pas que le "printemps des peuples" devrait d’abord souffler sur Gaza, Beyrouth, Téhéran et Damas avant de voir Israël avancer vers des négociations de paix que chaque israélien appelle de ses vœux tant il n’en peut plus d’entendre le bruit des menaces et des armes.

Monsieur le président de la République, en Israël, et vous le savez bien, la grande majorité du peuple et des politiciens est prête, aujourd'hui comme hier,à saisir la moindre main tendue sans autre condition préalable que la reconnaissance mutuelle.Meme avecle régime dictatorial de Syrie.

Monsieur le président de la République, merci de votre présence et de votre amitié.
Mais je me souviens de votre discours d’il y a deux ans au cours duquel vous avez parlé de la division de Jérusalem.
Aujourd’hui vous nous avez parlé de la restitution du Golan.
 
J’espère que l’année prochaine vous pourrez nous annoncer que les voisins d’Israël sont prêts à faire le pas vers sa reconnaissance dans des frontières qui lui assureront une sécurité qui ne dépend que de lui-même.

Mais permettez-moi de douter des garanties internationales.
 
Monsieur le Président de la République, vous êtes un ami, restez-le et restez vigilant. Nous, nous le resterons pour l’amour de la France et d’Israël.
 
 
Gil TAIEB


Il y a 20 ans !

IL Y A 20 ANS L'ASI ET L'ABSI NAISSAIENT

DEPUIS LEUR CRÉATION, L'ASI ET L'ABSI ONT UN SEUL MOT D'ORDRE :

ÊTRE PRÉSENTS SUR LE TERRAIN POUR QUE LE MOT

SOLIDARITÉ SOIT TRADUIT EN ACTIONS
- Gil TAIEB -
 
 




ASI France ABSI KEREN OR © 2006-2016 / 5771-5776 | WEBMASTER | RECOMMANDER | ACCUEIL